mercredi 28 janvier 2015

Valls, valet de PSA et de la famille Peugeot

Le premier ministre, Manuel Valls était en réunion publique, Mardi 27 Janvier, à Audincourt pour soutenir le candidat PS, ancien suppléant de Moscovici, dans la législative partielle. Il a eu à faire face à des protestations de la CGT qui a coupé le courant pendant une heure et une manifestation contre le projet de loi Macron.

A une réponse des journalistes sur les mauvais chiffres du chômage, Valls a répondu, comme prétendue preuve de son implication contre le chômage, que son gouvernement s’était fortement « engagé  » dans le dossier PSA.

On voit bien où va son « engagement » : laisser PSA continuer de licencier, d’augmenter les rythmes de travail pour grossir les bénéfices et la fortune de la famille Peugeot. En dix ans, PSA Peugeot-Citroën a supprimé 25 000 emplois directs dans tout le pays, dont plus de 8000, sans compter les intérimaires, rien qu’à Sochaux !

Et c’est pourtant au patronat et aux financiers, responsables de cette catastrophe qu’est le chômage, que le gouvernement de Valls verse des aides colossales : PSA a touché en 2014, grâce au Crédit d’impôt recherche (CIR) 140 millions du gouvernement !

Une raison de plus, contre tous ces bonimenteurs, dans cette élection partielle pour faire entendre le camp des travailleurs, de voter pour des ouvriers dans cette circonscription ouvrière. C’est pour cette raison que Lutte Ouvrière présente Michel Treppo et Christian Driano, tous deux salariés de l’automobile

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire