lundi 7 mars 2016

Contre la loi travail, faisons grève et manifestons dès le 9 mars !

    Les travailleurs rejettent massivement la loi El Khomri. Et pour cause ! Cette réforme est une démolition du Code du travail, un recul grave pour l'ensemble du monde du travail.

    L'allongement du temps de travail, les heures supplémentaires décomptées sur plusieurs années et moins majorées, le plafonnement des indemnités prud'homales, la facilitation des licenciements économiques... tout cela vaudra pour tous les travailleurs.

    Les plus jeunes sont spécifiquement attaqués puisque les apprentis de moins de 18 ans pourront se voir imposer des journées de 10 heures. Les précaires aussi puisque la loi prévoit le non-paiement des jours fériés pour les intérimaires.

    Et si les femmes ne sont pas spécialement visées, ce sont bien elles qui seront les plus frappées par la disposition généralisant les temps partiels inférieurs à 24 heures. Ce sont elles qui subiront le plus gravement la réduction des droits aux congés famille. Et que dire des conséquences pour les femmes, si la loi permet aux patrons de modifier les horaires de travail du jour au lendemain, avec des délais de prévenance réduits ?

    Cette loi est un recul pour les ouvriers, les employés, et même pour les cadres. C'est un recul pour les CDI comme pour les CDD et les intérimaires. C'est un recul pour les jeunes, pour les femmes. Alors la seule réponse à la tentative du gouvernement qui consiste à opposer les précaires aux embauchés, les chômeurs et les jeunes aux autres salariés, c'est de se battre tous ensemble.



    Valls a reporté la présentation en Conseil des ministres pour essayer d'amadouer les confédérations syndicales. Mais l'avant-projet de loi comporte 131 pages et il n'y en a pas une de bonne pour les travailleurs.

    Alors qu'est-ce que peuvent bien aller discuter les confédérations syndicales ? Que le plafond de l'indemnité pour licenciement abusif remonte un peu ? Que la définition des licenciements économiques ne change pas ? La belle affaire, quand le patronat se débrouille pour licencier 800 000 personnes par an !

    Le gouvernement espère qu'en lâchant du lest, il pourra faire avaler la pilule. Ne tombons pas dans le piège où se complaisent certaines confédérations syndicales, comme la CFDT. Il faut le retrait pur et simple de cette loi.

    On n'obtiendra le retrait de cette loi qu'en se mobilisant massivement dès mercredi 9 mars.

    Cette date a émergé de diverses initiatives, en particulier de celle des organisations de jeunesse. Ce n'est que pressée par les travailleurs du rang que la confédération CGT, qui avait prévu une action pour le 31 mars, s'y est ralliée. La variété de ses appels, voire des lieux de rassemblement comme à Paris, témoignent de ses tergiversations.

    Cela ne doit pas arrêter ceux qui veulent riposter. Les chefs syndicaux ont leurs calculs et leurs arrière-pensées. Les travailleurs, eux, n'ont qu'un seul et même intérêt : celui de se battre tous ensemble et d'engager le bras de fer avec le gouvernement.

    Prévue de longue date par les syndicats, il y aura aussi, le 9 mars, une journée de grève à la SNCF. Les cheminots luttent justement contre la démolition de leur réglementation du travail, qui n'est rien d'autre qu'une déclinaison de la loi El Khomri dans le transport ferroviaire. Loin de s'opposer, ces deux mobilisations ne peuvent que se conforter.

    Il en sera de même avec la grève dans les bus et le métro parisiens. Car, quelles que soient les revendications spécifiques des uns ou des autres, toutes ces mobilisations relèvent d'un même ras-le-bol. De ce ras-le-bol d'être ceux qui ont fait tous les sacrifices depuis que la crise a éclaté et qui ne le supportent plus.

    Ajouter et unir ces colères est le seul moyen de peser sur le gouvernement et de le faire reculer. Seuls, entreprise par entreprise, les travailleurs ne font pas le poids face au gouvernement et au patronat réunis, mais collectivement, ils représentent une force colossale. C'est ainsi que dans le passé, les travailleurs en lutte se sont fait craindre et respecter par le gouvernement et le patronat.
    Dès le 9 mars, soyons nombreux en grève et dans les manifestations. Si le succès est au rendez-vous, cela redonnera confiance et l'envie de se mobiliser à d'autres travailleurs. Car cette journée ne doit pas être sans lendemain. Un appel est déjà lancé pour le 31 mars et une véritable mobilisation peut se construire.

    Le patronat démolit nos emplois et nos conditions de travail. Avec cette loi, les choses empireront encore. Il faut dire à Hollande et au patronat qu'on ne veut pas de leur loi. Hollande fait pire que la droite, combattons sa politique aussi résolument que si elle venait de la droite.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire