lundi 2 mai 2016

La seule voie

    L'Assemblée nationale est appelée à se prononcer sur la loi Travail de Hollande-Valls-El Khomri.
    Depuis près de deux mois, des centaines de milliers de personnes se sont mobilisées contre ce projet de loi dans une succession de manifestations, de débrayages, de grèves à travers tout le pays. Le rejet de ce projet était encore au centre des manifestations du 1er Mai. Il est partagé par la grande majorité de la population et par la quasi-totalité de ceux, salariés d'aujourd'hui et de demain, qui en seront les victimes. Et pour cause : il officialise plusieurs années de régression sociale.

    Le grand patronat n'a pas attendu la loi El Khomri pour licencier, pour imposer la flexibilité, pour n'embaucher pratiquement qu'en intérim ou en CDD. Il veut maintenant une loi qui bénisse une pratique déjà répandue. La législation du travail serait désormais vidée du peu de substance qu'elle avait pour être remplacée par la loi privée décidée par le patron dans chaque entreprise.

    Alors, oui, pour les salariés, il y avait de quoi réagir ! Nous n'avons que trop tardé car ce projet de loi n'est que le couronnement ou, plus exactement, la dernière en date de toutes les mesures anti-ouvrières que le gouvernement a imposées au fil des ans, tout en servant la soupe au grand patronat.

    Eh bien, malgré l'hostilité évidente du monde du travail sur cette question, il appartiendra à 577 députés, toutes étiquettes confondues, de décider si cette loi s'appliquera ou pas.

    On nous dit que c'est cela, la démocratie. On nous dit que les députés représentent le pays tout simplement parce qu'ils ont été élus il y a quatre ans. Peu importe que ces prétendus représentants, du président de la République aux députés de la majorité qui vont décider, aient été élus en disant une chose et en faisant l'inverse. Ils peuvent se renier, promettre pour se faire élire d'attaquer la finance et passer leurs cinq ans de mandat à frapper uniquement les salariés en se mettant à plat ventre devant le grand patronat, c'est quand même la démocratie. Quelle impudence !

    Ce ne sont même pas les députés élus qui décident, en réalité. Il n'y a qu'à voir toutes les pressions, toutes les manipulations pour faire rentrer dans le rang même ceux des députés de la majorité qui semblent un tant soit peu récalcitrants. Il faut dire qu'il n'est pas difficile de les amener à l'obéissance : leur carrière politique, leurs petits privilèges en dépendent.

    Non, le véritable pouvoir ne leur appartient pas. Il appartient à ceux qui ne sont pas obligés d'en passer par le Parlement pour avoir l'oreille du sommet de l'État et du gouvernement. Ceux qui décident, ce sont ceux de la grande bourgeoisie, qui ont assez de capitaux pour faire directement la loi dans leurs entreprises et pour contraindre le pouvoir à exécuter la politique qu'ils veulent. Et ces gens-là, les Peugeot, Dassault, Bolloré, Arnault, Pinault, ne tiennent pas leur pouvoir des élections.

    Voilà pourquoi tous ceux du monde politique nous mentent qui nous répètent que, pour avoir un gouvernement qui mène une politique correspondant aux intérêts de la majorité, il faut bien voter. C'est une contre-vérité flagrante. Et tous ceux qui prétendent changer les choses s'ils sont élus occultent leurs trahisons passées ou préparent leurs trahisons futures.

    Le mouvement de protestation qui est engagé depuis deux mois contre la loi Travail est certes encore limité. Mais il va dans le bon sens. La seule façon de contrecarrer le pouvoir du grand capital est de lui opposer la force du monde du travail.

    Cette force est immense. Ce sont les travailleurs qui font marcher toute l'économie, jusques y compris la pompe à profits qui permet aux actionnaires des grandes entreprises de s'enrichir sans rien faire de leurs dix doigts.

    Du fait de leur nombre et de leur place irremplaçable dans l'économie, les travailleurs ont le pouvoir d'arrêter le fonctionnement de cette économie capitaliste, où une petite minorité, la bourgeoisie, peut s'approprier ce que le travail de millions de personnes fabrique, crée ou rend utile.
    Les travailleurs, en réalité, peuvent même faire mieux : écarter la bourgeoisie du pouvoir politique, l'exproprier et prendre en main la direction de l'économie.

    Alors, il faut que le mouvement perdure et que de plus en plus de salariés prennent conscience que l'exploitation, les inégalités sociales ne sont pas des lois de la nature. Il faut qu'ils prennent conscience de leur force collective. C'est la seule voie pour pouvoir contrecarrer la toute-puissance de l'argent.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire