lundi 6 mars 2017

PSA : Un licencieur gavé

Le groupe PSA va racheter Opel pour une somme rondelette. Il y a quelques années, PSA était décrit comme au bord de la faillite.

L'État est venu en aide au constructeur, au prix de quelques milliards. En même temps, PSA a supprimé 17 000 emplois, en fermant notamment l'usine d'Aulnay, et fait trimer pire que jamais ses salariés.

Les sacrifices des ouvriers et des contribuables ont donc permis à la direction, au groupe et à ses actionnaires de se gaver au point de pouvoir maintenant racheter un concurrent.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire