jeudi 18 mai 2017

Un gouvernement bien cuisiné, pour s’attaquer aux travailleurs

Les commentateurs s’extasient sur le savant dosage réalisé par Édouard Philippe pour la composition de son gouvernement : quelques doses de gauche libérale, une dose de droite sarkoziste mélangée à de la droite juppéiste et saupoudrée d’experts de la société civile. Mais il s’agit tout simplement d’un gouvernement anti-ouvrier.

Le ministère de l’économie est confié à Bruno Le Maire, candidat à la primaire de la droite, dont le programme comportait la réduction des indemnités chômage et les boulots à 5 euros de l’heure pour les allocataires de minima sociaux. Il sera flanqué d’un ministre des comptes publics, Gérard Darmanin, ancien sarkoziste.

François Bayrou est payé en retour de son soutien à Macron du poste de Ministre de la Justice. Bayrou avait déjà été nommé ministre en 1995, dans le gouvernement d’Alain Juppé, le maître à penser d’Édouard Philippe. À l’époque, la politique anti-ouvrière de Juppé avait déclenché une vague de grèves inédite depuis 1968 qui avait fait fléchir le gouvernement.

Les personnalités de la société civile sont avant tout des hauts cadres dévoués corps et âme au patronat. C’est le cas de la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, ancienne DRH chez Danone et directrice générale adjointe chez Dassault Système. C’est aussi le cas du ministre de l’Éducation, Jean-Michel Blanquer, directeur d’une des plus prestigieuses écoles de commerce de la bourgeoisie française, l’ESSEC.

Quant aux ministres qui sortent du sérail du Parti socialiste, il n’y a aucun doute qu’ils seront solidaires des nouvelles attaques contre le monde du travail, à commencer par la future aggravation de la loi El Khomri promise de longue date par Macron.

Tout cela est sans surprise. Ces nominations ne font que confirmer l’installation au pouvoir d’un gouvernement de combat contre les travailleurs.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire